Partagez | 
 

 La vie est injuste {Elo'}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: La vie est injuste {Elo'}   Dim 3 Avr - 1:55

    Inutile de préciser que j'étais d'une humeur massacrante ce matin en me levant. C'était pas vraiment le bon jour pour me chercher des noises aujourd'hui. D'ailleurs, j'avais fait exprès de me lever suffisamment à l'avance pour éviter de croiser ne serait-ce que le regard de mes congénères de Poufsouffle. Ainsi je m'étais préparée à l'avance et était descendue dans la salle commune. Je n'avais pas été surprise d'y trouver les deux filles de dernière année avec qui j'arrivais à m'entendre. Je pourrais même pratiquement les considérer comme des amies. Il faut dire qu'on était sur la même longueur d'onde et qu'elles aussi pensaient que nous étions entourées d'imbéciles ignorants. Bien entendu, il était évident qu'elles ne m'arrivaient tout de même pas à la cheville en matière d'intelligence. Mais je les appréciais malgré tout. Je m'étais donc assise avec elles pour échanger quelques mots. Elles m'avaient évidemment demandé ce qui m'agaçait à ce point ce matin. Je soupirais...une bande de premières années venait de descendre de leur dortoir au moment où j'annonçais aux filles que j'étais d'humeur massacrante...et l'un des premières années, plutôt hardi, avait osé me demander ce que voulait dire "massacrante". La question à ne surtout pas poser dans ce cas là...quelle bande d'ignorants, c'est bien ce que je dis. Mais, malgré tout, je reste pour le peu sereine bien que je sente la colère m'envahir, lui répondant simplement qu'il valait pour lui que je ne lui montre pas moi-même ce que veut dire "massacrante"...je crois que j'ai été assez explicite, les premières années quittèrent alors la salle commune. Je ne leur en veux pas...après tout ils sont encore jeunes, il leur reste du temps pour apprendre des choses...Pour couronner le tout je finis par dire à mes deux amies pourquoi je suis si énervée.

    J'ai été collée...J'ai crée quelques instants de "blanc" à cette annonce, avant qu'elles se mettent à rigoler toutes les deux comme des dindes. Vexée, je me lève et quitte la salle pour aller déjeuner, les traitant d'idiotes. Durant toute la journée je m'agaçais là-dessus. Non mais franchement, qui y'a-t-il de drôle à être collée ? Enfin...je pense que mes deux copines ont rigolé plus parce que c'était moi, préfète de Poufsouffle et tenante du titre miss-je-sais-tout d'une sagesse exemplaire et modèle de discipline. Effectivement, je n'avais pas l'habitude des retenues. Enfin, pas l'habitude de me faire prendre à désobéir au règlement. Tout ça c'est la faute de cette garce de Liadan Senedra ! Si je n'avais pas croisé cette lionne la nuit passée, Têtenjoy ne m'aurait jamais pincée. Et Yahvé sait combien cette peau de vache aime rôder la nuit dans l'unique but de surprendre des élèves hors de leur lit, même si il s'agit d'élèves majeurs et préfets. Bon, et bien la fameuse heure approchait...je ne voulais pas arriver en retard, j'étais arrivée une demi-heure à l'avance dans la salle de retenue à la fin des cours, je n'avais même pas fait un détour par la salle de Poufsouffle pour me changer, j'y étais allée en tenue d'écolière...j'avais peur que de passer par la salle des blaireaux me mette en retard. Résultat j'avais une demi-heure à tuer avant cette stupide punition...je sors alors un bouquin de mon sac en bandoulière et me plonge dedans.

    Jusqu'à l'heure prévue. Je tourne légèrement la tête vers la porte de la salle, entendant le cliquetis de la poignet qui se tourne, je m'attendais à voir entrer le professeur mais en fait il s'agissait d'une Serpentard...je soupire et détourne aussitôt le regard pour pas la regarder. Oh génial il ne manquait plus qu'elle...cette petite pimbèche de d'Eloïse Carmichael, avec qui j'allais devoir passer la retenue apparemment. Que demander de plus...*ironique*. Ignorant superbement la verte et argent, je termine la page de mon bouquin, agacée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
Date d'inscription : 22/11/2009
Messages : 294
Points de Maison : 288
Age : 25
Liens : Eloïse Links
Profession/Année : 5ème année

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Dim 3 Avr - 14:24

    Pff encore une retenue. J’allais devoir passer une fichue après-midi dans cette salle de classe poussiéreuse au lieu d’aller m’amuser, et tout ça pour quoi ? Tout simplement pour m’être fait prendre à faire léviter les cours des petits Poufsouffles de première année bien au dessus de leur tête, et avoir rit en les voyant sautiller sur place pour essayer de les rattraper. En plus, je suis sure que ça les amusait plus qu’autre chose, ces blaireaux, ils ne se rendaient même pas compte que c’était par mépris et non pas un genre de « baptème » pour leur arrivée à Poudlard. Seulement voilà, cette stupide petite Serdaigle m’a vue et, ne sachant tenir sa langue, s’amusa à en parler à qui voulait l’entendre. Cette histoire arrivant jusqu’au corps professoral me vala une retenue, et la remarque acerbe suivante « ce n’est pas très cher payé de la passer en salle avec du travail à faire, on aurait pu t’envoyer aller nettoyer le lac, il en a bien besoin ! »

    Heuuuuu… PARDON ?! MOI, nettoyer le lac ? Encore bien qu’ils n’ont pas essayé, car ils pouvaient toujours rêver pour que je le fasse ! Non mais oh, à croire qu’ils ne me connaissent pas, au bout de 5 ans. En fait, si, et c’est surement pour ça qu’ils m’ont fait cette remarque, histoire de me faire comprendre leur clémence étant donné les circonstances. Cependant, je trouve toujours que ce que j’ai fait ne méritais pas retenue…il faut bien s’amuser, dans la vie.

    Bref, j’étais dans ma salle commune, avec Luke, on discutait de la soirée du lendemain. Encore bien qu’ils ne m’ont pas collée demain, sinon, j’aurais été dans la mouise ! Bref, la liste des invités était faite, et il s’occuperait de leur faire savoir pendant que je m’astreindrais à être gentille et calme durant deux heures entières. L’enfer. Je n’aurais certes pas préféré le lac, mais un truc plus drôle que la retenue en classe tout de même. En plus, c’est tellement sale là bas, qu’on se demande si ils ne font pas exprès d’éviter cette salle avec les sortilèges de nettoyage, histoire qu’on soit plus sages à l’avenir. Sauf que ça ne m’a jamais arrêtée, et j’ai tout simplement élaboré quelques techniques pour ne plus jamais me faire prendre. Rêvez pour que je vous en dise quoi que ce soit, c’est beau l’espoir, mais inutile avec moi.

    Nom d’une bavboule, je suis en retard ! Il reste cinq minutes avant que la retenue ne commence, et j’espère de tout mon cœur que ce n’est pas cette folle de Têtenjoy qui surveille, sinon, je suis déjà bonne pour une troisième heure. J’attrappe mon sac de cours, renverse tout sur le fauteuil et m’énerve sur Luke qui me dit de me calmer. Je fourre un casse-croute à la place des cours, embrasse mon petit ami histoire de me faire pardonner pour mon coup d’éclat, et il me sourit. Il me connaît, depuis le temps, et c’est aussi ça qui fait notre complicité. Durant une fraction de secondes, je ressens une pointe de culpabilité, mais je la fais taire avec un sourire éclatant, et la promesse de venir le retrouver dès que ces deux affreuses heures seront passées. Il me répond que j’ai l’habitude de ces affreuses heures, réflexion à laquelle je ris – il n’a pas tord.

    Bref, je dévale les escaliers en courant, et je vois Binns dans le couloir du quatrième qui mène à la salle. OUF, si c’est lui qui surveille, il y a moyen que ça devienne plus drôle que prévu – et puis, je n’ai plus besoin de courir.

    - Bonjour professeur ! Vous êtes pile à l’heure, comme moi. Qu’avez-vous donc fait comme bêtise pour atterrir ici ?

    Je doute qu’il ait apprécié la vanne, mais moi, j’adore voir sa tête surprise quand il se rend compte qu’on lui parle. Il marmonne et me dit de me dépêcher de rentrer, et que je peux toujours rêver si je pense qu’un bonjour m’évitera le travail qu’il a prévu pour nous. Je lui réponds que je n’oserais jamais, l’ironie étant palpable dans mon ton. En rentrant, je me demande qui d’autre est collé ce mercredi, et je vois…miss-je-sais tout, la blairelle qui se targue de n’avoir jamais eu la moindre punition. Je ne peux retenir mon rire, et en fait, je n’en ai même pas envie.

    - Alors comme ça, miss comportement parfait est collée ? Alors, qu’est-ce qui t’a amené ici, t’as eu un E au lieu d’un O et ils ont voulu te punir afin de te recadrer ?

    Ses notes auraient pu l’amener directement chez Serdaigle, mais le reste n’était pas assez bien pour ça, du coup, sa place était évidemment chez les jaunes – là où vont tous ceux qui n’ont nulle part d’autre où aller, parce-qu’il leur manque les qualités nécessaires aux quatre autres maisons. Les pouffy sont des abrutis, c’est bien connu, et celle là en est la reine. Rien que ça la met sur ma liste « out ».

    Binns rentre en classe, et il nous donne notre travail – commun. On doit trier les relevés de retenues de l’année 1930, et les reclasser par ordre des dates. Le dossier est poussiéreux, je lui jette un sort nettoyant l’air de rien, pendant que notre fantôme de professeur a le dos tourné.

    - Oh, regarde la blairelle, ça va te donner des idées, maintenant que tu as mis un pied dans la délinquance.

_________________________________________________
You want to touch me woah
You want to love me woah
You'll never leave me woah
Don't trust me !


Does she feel like a little princess ? Yeah, I think so.


Dernière édition par Eloïse Anna Carmichael le Dim 3 Avr - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Dim 3 Avr - 16:26

    Si j'avais pu me taper la tête avec mon bouquin je l'aurais fait. Quelle tuile mais quelle tuile. Comme si les heures de retenue n'étaient pas assez ennuyeuses, il fallait en plus qu'ils en rajoutent par la présence d'une petite Serpentarde immature et pimbèche. Et évidemment, je ne m'attendais pas à ce qu'elle décide de me laisser tranquille durant ces moments...j'entends par laisser tranquille, le fait même de ne pas m'adresser la parole. Mais bien entendu, je pouvais toujours rêver. Les petites pouffes dans son genre ne pouvaient jamais s'empêcher de parler de toute manière, et d'user de leur petite langue de vipère. Soupirant, je range mon livre dans mon sac en bandoulière, attendant les instructions du professeur qui était entré à la suite de la verte et argent. D'ailleurs, je n'avais même pas pris la peine de le saluer, il faut dire que j'étais si énervée intérieurement que j'en oubliais les marques de politesse de base. Surtout parce que cette idiote de Serpentard était venue me parler. Rien que d'entendre le son de sa voix avait suscité chez moi un profond soupire blasé, levant les yeux au ciel. Je n'avais même pas envie de lui répondre. D'ailleurs je n'en avais pas l'intention. Après tout, pourquoi je m'abaisserais à répondre aux sarcasmes futiles d'une simple cinquième année ? C'était bien stupide. Tout comme elle. Mais ce n'était pas mon cas. J'étais bien au-dessus de ce genre de jeu. Ainsi, je lui jette un regard méprisant et esquisse une petite moue, lui signifiant bien qu'elle ne m'intéresse pas et que ses sarcasmes ne sont même pas dignes d'intérêt.

    Le professeur Binns nous donne alors le travail à faire, je ne m'attendais pas à quelque chose de passionnant et j'avais raison. Trier les relevés de retenue de 1930...bah voyons, comme si j'avais pas autre chose à faire. M'enfin...je n'ai pas d'autre choix que d'obéir bien sagement. Plus vite ce sera terminé, plus vite je sortirais d'ici et serais débarrassée de cette sagouine de Serpentard. 1930...un an après le crach boursier de Wall Street. Je suis sûre que cette attardée de verte et argent n'est même pas au courant. Enfin bref. Je prends le dossier avec la cinquième année, celle-ci s'empressa de lui jeter un sort de...dépoussiérage, dont la poussière s'empara de mes douces narines, ce qui me fit éternuer. Je me mets alors à râler, avant de me retourner vers le professeur et lui adresser un sourire. Puis, je reviens me concentrer sur ce stupide dossier. Tandis que l'autre serpillère ouvre encore sa sale bouche. Je soupire d'avantage et finalement je me décide à lui répondre, d'un ton peu chaleureux :

    "Tu peux pas la fermer un peu, stupide gamine ? J'ai autre chose à faire que de perdre mon temps à répondre à tes sarcasmes inutiles ! Alors dépêche-toi de trier ces papelards qu'on en finisse et que je sois débarrassée enfin de ta présence."

    Sans lui demander son avis, je sépare le tas de relevés en deux et je m'en vais poser mon tas sur ma table. Je soupire une nouvelle fois. Pourquoi on doit faire tout ça...en quoi ça va nous aider à notre réussite ! Bon, d'un côté, les retenues ne sont pas faîtes pour nous apprendre quelque chose, mais bien pour nous pourrir la vie...Rhaa j'ai une flemme monstre de faire ça...en plus je suppose qu'on a pas le droit d'utiliser la magie, sinon ça irait bien plus vite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
Date d'inscription : 22/11/2009
Messages : 294
Points de Maison : 288
Age : 25
Liens : Eloïse Links
Profession/Année : 5ème année

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Lun 4 Avr - 17:06

[HJ : Désolée, lorsque je m'apprêtais à te répondre hier, j'ai remarqué que mon word était ouvert, et me suis souvenue que je devais absolument faire ma synthèse de physique. Mais voilà, it's done, j'espère que t'apprécieras (a).]

    Voyant que mon sortilège de nettoyage avait envoyé toute la poussière dans la figure de miss-je-sais-tout, ce qui, à la base, n’était qu’un accident, Eloïse eut un sourire.

    -Vraiment, je suis dééésolée ! dit-elle, d’un ton qui ne disait que le contraire.

    L’ironie, merlin qu’elle adorait ça. Si, lorsque la personne l’agaçait vraiment, ou qu’il arrivait un évènement ne prêtant pas à rire, elle disait ce qu’elle pensait clairement, sèchement et de manière bien peu amicale, dans la vie de tous les jours, c’était l’ironie qui était sa principale manière de communiquer, surtout avec les gens qu’elle n’appréciait pas, comme c’était le cas aujourd’hui.

    En réalité, pourquoi Eloïse n’aimait-elle pas la Evelia ? La réponse de base était simple, et peu poussée : elle était à Poufsouffle, et pour la verte et argent, tous ceux qui appartenaient à cette maison ne valait pas un clou. C’était très préjugé, mais après tout, comme le dit Oscar Wilde, cet écrivain moldu « l n’y a que les esprits légers pour ne pas juger sur les apparences. Le vrai mystère du monde est le visible, et non l’invisible. » Cependant, les préjugés d’Eloïse étaient très contradictoires. D’une part, elle regardait les Poufsouffles comme s’ils n’étaient rien. D’autre part, elle ne tenait que rarement compte de l’appartenance du sang. Certes, les sangs purs étaient un cercle fermé auquel elle faisait partie, et où aucun sang-mêlé, et encore moins quelqu’un d’appartenance moldue, n’aurait pu survivre. Cela faisait peut-être effectivement d’eux des personnes supérieures, mais plus par l’éducation, la parfaite connaissance de la magie et de ce monde dans la famille, que par le sang lui-même, et cela ne voulait aucunement dire que les sorciers dont les parents n’avaient pas de pouvoirs étaient, à la souche, moins bien qu’eux.
    En ce qui concernait la personne qui se tenait avec elle dans cette pièce, la maison jouait effectivement un grand rôle. Déjà, en étant chez les jaunes et noirs, elle éveillait le mépris de la Serpentard, qui déjà à la base, était de nature hautaine. Mais en plus, ses manières de je-sais-tout parfaite, sa politesse en toutes circonstances et ses airs de sainte-nitouche coincée n’arrangeaient rien. C’était tout le contraire d’Eloïse, et, selon cette dernière, terriblement ennuyeux
    .

    "Tu peux pas la fermer un peu, stupide gamine ?

    * Heuuu pardon ? Ah, oui, la fermer avec mes réflexions sur elle ? Bah, je n’ai fait que constater, et ta réaction prouve bien que j’ai raison. Stupide gamine ? S’il y a bien une chose que je ne suis pas, c’est stupide, et tu le sais très bien, alors si t’as rien de mieux, passe ton chemin. T’es peut-être intelligente, mais par-contre, tu manques cruellement de répartie.*

    J'ai autre chose à faire que de perdre mon temps à répondre à tes sarcasmes inutiles !

    * Ah, oui, clairement, trier des papiers. Waouuuuh, tellement mieux à faire. A force de passer sa vie dans l’ennui, on finit par le croire intéressant ou quoi ?! Et puis les sarcasmes ne sont que rarement faits pour être utiles, ils sont simplement amusants. Et blessants aussi, parfois, pour ceux qui en font les frais. J’ai donc touché un point si sensible, ou tu es vraiment très susceptible ?*

    Alors dépêche-toi de trier ces papelards qu'on en finisse et que je sois débarrassée enfin de ta présence."

    * Qu’on les termine plus tôt ou plus tard, on aura quand même deux heures de retenues entières, t’as toujours pas compris le système ?!*

    -Haha, c’est tout ce que tu as dans le ventre ? Non mais je rêve, quelle répartie ! Heu, pathétique je veux dire, surtout, ne le prends pas comme un compliment. Je te croyais plus intelligente que ça, miss-je-sais tout. Et puis, comment ça, tu veux être débarrassée de ma présence ? Zut alors, moi qui croyait que tu voulais qu’on devienne les meilleures amies du monde…Mais tu sais, qu’on se dépêche ou pas, les deux heures, on les passera quand même ici.

    Après avoir séparé les tas en deux et déposer un sur ma table, Binns annonça qu’on devait faire tout à la main, version moldu. Eloïse regarda la première fiche, et vit que le motif du délit était « s’enferme dans les toilettes en faisant croire qu’elle est malade afin d’éviter un cours ». Elle glissa discrètement la fiche sur le banc de la Poufsouffle en chuchotant :

    - Toutefois, je m’excuse de toute mon âme pour t’avoir fait perdre un temps si précieux. C’est vrai quoi, c’est ta première retenue, tu dois en profiter. Tiens, voilà un peu d’inspiration pour la prochaine fois, afin de rattraper le temps que je t’ai fait perdre !


_________________________________________________
You want to touch me woah
You want to love me woah
You'll never leave me woah
Don't trust me !


Does she feel like a little princess ? Yeah, I think so.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Mar 5 Avr - 1:06

    J'hallucine, cette fille me tape vraiment sur le système. J'essaye de ne pas me montrer trop méchante avec elle en présence de Binns mais si elle continue comme ça je ne vais pas me retenir. Surtout que ce vieux drap ambulant a l'air de s'en ficher totalement de nous et de ce que l'on fait. La preuve, sinon il aurait fait taire cette petite Serpentard dès l'instant où elle avait ouvert la bouche. Soupirant, je l'écoutai sans vraiment l'écouter. J'en avais rien à faire de ce qu'elle me disait, du moins c'est ce dont j'essayais de me persuader. Non pas que ça me vexait, loin de là, mais ça m'insupportait purement et simplement. Rien que le son de sa voix me déplaisait. Je lève les yeux au ciel...qu'elle critique ma répartie je m'en moque, car c'est vrai que je n'en ai jamais eu beaucoup. Enfin...sauf si on me pousse vraiment à sortir ma langue de vipère. Mais en général j'arrive à me contrôler un peu, et dans le cas présent il serait inutile de s'énerver après une gamine immature et stupide. Même si je brûlais d'envie de la faire taire une bonne fois pour toute que je puisse au moins passer cette retenue "tranquille"...En plus elle se moque ouvertement de moi. Elle avait intérêt d'arrêter immédiatement, c'est un conseil pour elle...M'enfin, si je ne prêtais plus attention à ses sarcasmes, elle allait finir par se lasser de m'importuner, non ? Dommage que Binns soit là, sinon j'aurais lancé un bloclang vite fait bien fait à cette petite garce. Sans prendre la peine de la regarder, fouillant un peu dans les papiers, je lui réponds sur un ton blasé :

    "Tu ferais mieux d'économiser ta salive pour dire des choses un peu plus intéressantes."

    Et voilà. Evelia n'en a strictement rien à faire de tout ce qu'elle blablate. Je suis là pour terminer de trier ces papiers stupides. Et quand bien même notre retenue doit durer deux heures, j'ai bien l'intention de m'en aller de cette salle dès que la tâche sera achevée. Binns serait sûrement contre, mais après tout il pourrait comprendre que nous les septièmes années, devons beaucoup travailler pour réussi nos ASPIC ? Et puis de toute façon, Binns semble plongé dans ses pensées, enfin façon de parler vu qu'un fantôme ne peut plus penser, et se désintéresse complètement de nous.

    "Pour ta gouverne, je ne compte pas rester ici deux longues heures à trier des broutilles et supporter une écervelée. Dès que j'ai fini je m'en vais, je suis en dernière année, je dois travailler pour les Aspics."

    Comme je le prévoyais, aucune réaction de Binns. Mis à part qu'il avait simplement tourné la tête vers moi, d'un air neutre, puis était retourné à ses occupations. J'en étais sûre, il s'en fiche ! Donc cela confirme ce que je pensais, dès le tri terminé je pourrais m'en aller. La Serpentard glisse alors l'une de ses feuilles sur ma table. Elle se prend pour qui, là ? Comme si j'en avais pas assez à trier ! M'enfin, j'hausse un sourcil et prend la feuille par curiosité... « s’enferme dans les toilettes en faisant croire qu’elle est malade afin d’éviter un cours » ma parole il faut être sacrément dérangé pour faire une chose pareille. Ce n'est pas très responsable selon moi. Je soupire de nouveau et balance la feuille sur le tas de la Serpentard, où il était à l'origine...

    "Maintenant tu la fermes petite Serpentard. Je t'ai déjà dit que je voulais être tranquille et donc que je ne voulais plus t'entendre. Tu gardes tes feuilles et tu ne m'adresses plus la parole, vu ? Je te rappelle que je suis préfète et une fois sortie d'ici je pourrais t'enlever des points ou te coller pour manque de respect à un préfet. Alors t'as intérêt à m'obéir et te taire."

    Je lui jette alors un regard froid et sévère. J'espérais que le message soit passé, bien que j'en doute la connaissant. De toute façon elle n'avait pas intérêt à me saouler trop longtemps sinon je n'hésiterais effectivement pas à la saquer bien comme il faut une fois sorties d'ici...car un mot de plus sortant de sa petite bouche et je considérerais ça comme une insulte à une préfète...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
Date d'inscription : 22/11/2009
Messages : 294
Points de Maison : 288
Age : 25
Liens : Eloïse Links
Profession/Année : 5ème année

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Mar 5 Avr - 12:45

[HJ : je réponds ce soir. Et, chérie, le truc, c'est que je suis préfète, moi aussi xP chuut, interdit d'éditer Very Happy]

    Entendre Evelia dire que ce dont Eloïse parlait n’était pas très intéressant fit à nouveau sourire la jeune fille. Décidément, cette retenue s’avérait bien plus drôle qu’elle ne l’aurait cru de prime abord, et voir la Poufsouffle s’enfoncer à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche amusait la cinquième année au plus haut point. Elle était douée pour cacher ses émotions, ou pour laisser apparaître sur son visage des choses qu’elle ne ressentait pas du tout, mais là, elle ne voyait pas l’intérêt de cacher que la situation la faisait bien rire.

    - Oh, mais, Evelia, tu viens de dire quelque chose de sensé ! Je pense que c’est la première fois que tu fais ça depuis qu’on est rentrées ici. Je suis vraiment heureuse d’apprendre que tu es au courant que ta petite personne n’a pas le moindre intérêt. Ca m’enlève un de ces poids, ça m’aurait fait mal de te le dire, si tu savais…

    Elle se réjouissait de voir la tête de la blairelle avant même d’avoir commencé sa phrase, car cette dernière, en temps que parfaite jaune et noire, n’avait ni le don de la répartie, ni celui de dissimuler ses émotions. Ainsi, Eloïse voyait très bien qu’elle l’énervait, et qu’elle n’aurait pas pu se maîtriser s’il n’y avait pas un membre du corps enseignant – aussi inutile soit-il – dans la pièce.

    Car en effet, le professeur Binns, complètement épris de ses gobelins révoltés, lisait un livre qu’il connaissait déjà surement par cœur. Sur son bureau régnait une liasse de parchemins, qui était sans doute la pile de devoirs qu’il devait corriger dans des délais plutôt brefs, c’est à dire, pour lui, avant un mois. Oui, nous nous devons d’avouer que Mr Binns n’est pas ce qu’on peut appeler un fantôme très pressé.

    Un éclat de rire sortit de la bouche de la petite Carmichael après avoir entendu Callahan sortir une réplique qu’elle pensait cinglante au sujet de ses ASPICS. Déjà, elle ne sortirait pas de cette classe, parce-que c’était contraire au règlement et qu’elle avait bien trop de respect pour lui, et ensuite, parce-que même si Binns s’en fichait éperdument, Eloïse ne se gênerait pas pour en parler à des membres du corps enseignant qui ne s’en fichaient pas, et elle serait repartie pour deux heures supplémentaires. Balancer les gens qu’elle adorait ? Jamais. Ceux qu’elle ne comptait pas dans ses amis ? Pourquoi se gêner ?!

    Eloïse immitat Evelia « Je suis en dernière année, je dois travailler pour les Aspics »

    - Tu ne fais donc rien d’autre que travailler dans ta vie ? C’est pathétique. J’ai des BUSES à passer, moi, et j’suis certaine qu’à cette époque de l’année, t’avais déjà la moitié de tes résumés prêts et un planning de révisions à suivre. Laisse moi te dire une chose, et cette fois, ça n’est pas pour me moquer de toi : que t’aies un O ou un E, ça ne changera rien à ta vie future, mais t’auras de biens meilleures souvenirs de ces années ci ! Et ce sont les plus importantes.

    Elle s’était laissée emporter à parler à cette Poufsouffle sérieusement, de choses qui importaient, car ça la mettait hors d’elle de voir des gens gâcher leurs vies pour des broutilles, des choses dont on ne se souviendrait pas dans 3 ans. Elle n’en revenait pas que la septième année n’avait toujours pas compris ça, on aurait dit un oiseau à peine sorti du nid, auquel on avait demandé de suivre un chemin et qui n’explorait pas les autres.

    - Et, ma grande, pour ta gouverne, je suis préfète moi aussi. Alors je ne compte pas t’obéïr, et je ne le ferais pas même si je ne l’étais pas. Je ne sais pas si tu es au courant de la vie du château, vu que tu passes ton temps dans tes bouquins, mais je vais te mettre au courant : j’ai peut-être des retenues, mais en somme, je suis intouchable. Je peux me permettre bien plus que toi ici. Mes limites, c’est moi qui me les impose.

    Elle n’allait pas commencer à disserter sur ce dernier point, car elle ne savait même pas d’où ça venait, mais il était clair qu’elle était bien plus libre que n’importe quel élève normal dans ce château. Ca ne venait pas de Chris, car ça datait de bien avant leur relation, donc aucun rapport. En fait, c’était surement du au fait qu’elle s’était automatiquement imposée ainsi au château, et qu’elle n’avait jamais rien fait – en se faisant prendre en tout cas – d’assez répréhensible pour qu’ils la stoppent une bonne fois pour toutes. Ainsi, elle arrivait en retard trois fois sur quatre, organisait des soirées clandestines dont les professeurs avaient eu des échos, mais sur lesquelles ils n’étaient jamais tombées - et, pour tout dire, n’avaient jamais cherché à arrêter – et se permettait des remarques et taquineries à n’importe qui dans le château, sans que ça ne fasse de sérieux remous. Seule Galeata Têtenjoy ne l’aimait pas beaucoup, mais ça n’était pas personnel – elle n’aimait pour ainsi dire personne.

_________________________________________________
You want to touch me woah
You want to love me woah
You'll never leave me woah
Don't trust me !


Does she feel like a little princess ? Yeah, I think so.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Ven 8 Avr - 0:04

    Je me demande si je réussirais à terminer ce fichu tri de ces relevés de retenue avant les deux heures si cette peste ne finissait pas par se taire. Aussi j'avais décidé de ne l'écouter que d'une oreille, préférant me concentrer sur le stupide boulot qu'on avait à faire. Binns n'aurait pas la patience de nous surveiller pendant deux heures, il allait aller faire un tour je-ne-sais-où régler des affaires et revenir un peu plus tard. Mes rares amies de Poufsouffle ont déjà été collées avec lui et il fait ça à chaque fois. Pourtant, ce fantôme a tout son temps, ça ne devrait pas trop le déranger de nous surveiller juste deux heures, c'est rien dans une vie...enfin je dis ça, mais tout le monde s'en passerait bien ! Moi la première. J'ai bien l'intention de finir ça au plus vite et d'aller m'occuper de mes autres affaires à mon tour. En attendant, la petite Serpentard continuait de me chercher. Je tourne la tête vers elle, un peu choquée et agacée. J'avais envie de lui rétorquer sur un ton méprisant que ma "petite personne" comme elle le disait, était bien plus intéressante et digne d'intérêt que la sienne, à cette sale petite pétasse à la voix si énervante. Mais, étant donné que je n'étais pas aussi abrutie qu'elle, je ne pris même pas la peine de répondre. Je ne voulais plus gaspiller ma salive pour des paroles si futiles. Aussi, je fis la moue en soupirant, détournant ma tête d'elle, me replongeant dans mon tri. Histoire de lui faire enfin comprendre que j'en avais rien à faire de tout ce qu'elle racontait. Peut-être que comme ça elle s'arrêterait enfin. Et si ce n'était pas le cas je serais forcée au bout d'un moment de vraiment la faire taire. Enfin, c'était mal parti pour qu'elle arrête...malgré que je n'avais pas répondu à ses sarcasmes, elle continuait. Pire, elle fit même quelque chose dont j'ai horreur, m'imiter...quelle garce. Elle allait vraiment la manger sa baffe. Pour qui elle se prend pour m'imiter ! Je fixe un des relevé de retenue, serrant légèrement les poings. Il fallait que je me maîtrise, devant Binns ce serait mal venu. Par contre je ne pouvais pas ne pas répliquer cette fois...surtout si la Serpentard venait m'attaquer au sujet des cours. Si j'étais elle je ferais moins la maligne en parlant de ça. En plus, les BUSES à côté des ASPICS sont un jeu d'enfant, ça me fait bien rire que cette fille dit devoir travailler pour les avoir...J'interromps alors mon tri, et lui rétorque sur un ton hautain :

    "Parle pas de ce que tu connais pas."

    Je ne répondis rien de plus, je n'avais pas envie de lui faire part de ma vie privée. Mais, contrairement à ce que cette Serpillère pensait, je ne passais pas ma vie à travailler. J'avais beaucoup de facilités alors je ne travaillais pas tant que ça, j'étais simplement sérieuse dans mon travail. Et puis je sortais plus souvent qu'elle doit le croire, mais ça m'arrive de faire entorse au règlement pour faire le mur le soir...et aller passer une bonne soirée à Prés-au-Lard avec des amies. Par contre nous évitons Londres...je n'ose pas trop y aller à cause du contexte de guerre moldu. Enfin, tout ça pour dire que les paroles de la serpillère ne m'atteignaient guère, étant donné que je n'étais pas ce qu'elle pensait que j'étais. Par contre, je dois reconnaître que j'avais tort sur le fait d'insister sur mon rang de préfète. C'est vrai qu'elle aussi en était une, j'avais oublié ce petit détail. En même temps, n'importe qui ne l'aurait pas cru...

    "Autant pour moi, ça m'était sorti de l'esprit. En même temps, on imagine pas vraiment une fille comme toi en préfète. C'est totalement hypocrite, ça te va pas vu ton attitude...Bon, et si tu arrêtais de raconter un peu ta vie maintenant et que tu te décidais à enfin me laisser tranquille ? J'aimerais finir ça rapidement, sans être obligée de supporter les sarcasmes d'une Serpentard, dont je me fiche complètement."

    Sur ce, je recommence à trier mes relevés. Je constate que j'avance beaucoup plus vite que la verte et argent. Rien de plus normal, elle passe son temps à parler pour ne rien dire. Je supporte pas les gens qui parlent trop...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
Date d'inscription : 22/11/2009
Messages : 294
Points de Maison : 288
Age : 25
Liens : Eloïse Links
Profession/Année : 5ème année

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Lun 11 Avr - 22:05

    Elle vit la Poufsouffle serrer les poings en entendant ses paroles, ce qui était assez pathétique. Comment donc pouvait-on avoir autant de mal à se maîtriser, et prendre autant à cœur les paroles d’une inconnue ? Car si Evelia ne semblait pas vouloir se l’avouer, son corps ne mentait pas : ses expressions et réactions trahissaient une nervosité grandissante à chacune des paroles de la verte et argent. Ce qui amusait clairement cette dernière, et permettait au temps de filer. La jeune fille consulta sa montre : voilà déjà une demi-heure qui s’était écoulée, et elle avait l’impression que ça ne faisait même pas dix minutes. Le professeur Binns s’était enfin attaqué à ses copies, laissant de côté son occupation précédente. Il ne faisait toujours pas attention aux deux jeunes filles, et, maintenant qu’elle y pensait, il ne leur avait même pas demandé le motif de leur retenue, ce qui était assez rare pour un professeur.

    Eloïse avait déjà trié une bonne partie des retenues tout en « discutant », si l’on pouvait appeler ça ainsi. Elle trouvait le travail plutôt amusant, et se rendait compte que les anciens de Poudlard avaient presqu’autant d’idées qu’elle en matière de bêtises. Certaines personnes avaient vraiment beaucoup d’imagination, comme par exemple ce garçon qui avait été surpris au milieu de la nuit dans le bureau d’un professeur, à qui il avait voulu voler le matériel du cours suivant. Sur la fiche, il était noté qu’il avait déclaré « l’envie de voir la tête de monsieur Grimms s’il découvrait que son matériel avait disparu pendant la nuit m’empêchait de dormir, alors j’ai décidé de me faire plaisir et d’exécuter mon plan, histoire de trouver le sommeil ».

    Lorsqu’Evelia lui dit de « ne pas parler de ce qu’elle ne connaissait pas », Eloïse ne pu étouffer un ricanement. Comme si elle en savait plus qu’elle sur la vie, cette fille qui devait se trouver tellement de culot si elle violait une ou deux fois le règlement par an, et qui n’osait même pas dire ce qu’elle pensait à un professeur « parce-que ça ne se fait pas ». La verte et argent estimait que si on ne faisait que ce qui était bien, on ne vivait pas. Et de même si on ne faisait que ce qui était mal, car il fallait tout essayer. Bien évidemment, ce dernier point ne comprenait pas se lier d’amitié avec une Poufsouffle, car ce n’était ni bien, ni mal, mais tout simplement inutile et absurde.

    - Oh, ne t’inquiète pas, ça ne m’arrive jamais.

    Ensuite, la septième année lui fit remarquer que vu son comportement, le fait qu’elle soit préfète était assez « hypocrite », et que du coup, cela lui était « sorti de la tête ». En effet, on aurait pu le croire, sauf qu’elle respectait et faisait honneur à sa maison, et qu’elle la mettait clairement en avant. Les autres préfets de Serpentard étaient là pour assurer le reste, elle, elle était le « visage » de sa maison, la tactique marketing, comme certains diraient. Et ça, ça lui convenait parfaitement.

    - Si tu réfléchis bien, ça ne l’est pas tant que ça. Mais en fait, tu es beaucoup moins intelligente qu’il n’y paraît, une fois sortie du contexte des cours.

    Si sa dernière phrase était en partie de la provocation, c’était également ce qu’Eloïse pensait. Elle n’avait pas la moindre répartie, oubliait qui était préfet et proférait des menaces qui portaient à croire qu’elle ne savait rien de la vie sociale de l’école, répondait à coté de la plaque et, en plus, n’arrivait même pas à cerner la psychologie comportementale. Au final, face à tellement de facilité, Eloïse avait plus l’impression que c’était elle qui perdait son temps, et non pas la Poufsouffle, comme cette dernière semblait le croire.

    - Tu as raison. Si si, je t’assure. Tu ne mérites même pas mes sarcasmes, ni que je t’adresse la parole. Fini tranquillement ton petit travail, et retourne à tes chers petits ASPICS que je réussirai dans 2 ans sans même me rendre compte que je dois les passer avant qu’il ne me reste que quelques jours de délais. Ah, je suis quand même bien contente de ne pas être à ta place.

    Elle regarda le tas de la Poufsouffle. Il lui restait environ la moitié à trier, elle ne regardait que les dates et classait. Eloïse, quant à elle, devait encore trier un peu moins des deux tiers de la paperasse, mais elle s’amusait à lire presque chaque fiche, c’était beaucoup moins contraignant et puis, de toute façon, qu’elle ait fini dans les temps ou pas, elle ne resterait quand même que deux heures ici.

    D'un ton chantant, Eloïse ajouta :

    Ah, et au fait, lorsque tu dis que tu te fiches de mes sarcasmes, tu devrais peut-être songer à dé-serrer les poings, ça t’enlève toute crédibilité.

_________________________________________________
You want to touch me woah
You want to love me woah
You'll never leave me woah
Don't trust me !


Does she feel like a little princess ? Yeah, I think so.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Dim 17 Avr - 22:42

    J'espérais que la petite Serpentard avait compris cette fois, l'expression de mon visage et mes poings serrés, moi crispée sous la tension que j'éprouvais avec cette fille, tout cela trahissait avec conviction l'énervement et la colère qui montait en moi. Tout ça à cause d'une gamine. Je reconnais que j'ai jamais été très susceptible jusqu'à maintenant, en général les gens se lassent avant de me chercher, mais il semblerait que la Serpentard n'ait pas compris ce message en fin de compte. Et je n'avais jamais été très douée non plus pour dissimuler ce que je ressentais. Et Eloïse continuait de m'agacer…si encore elle avait ouvert la bouche pour me dire qu'elle arrêtait de me casser les….pieds, passons. Mais je ne pouvais pas ne pas réagir à ce qui suivit…cette garce, l'air de rien, continuant de classer ses papiers comme une élève modèle, osa me porter atteinte une fois de plus, insinuant que je n'étais pas "intelligente". Non mais là c'est la cerise sur le gâteau…je supporte vraiment pas les pestes qui pensent savoir tout des gens en se permettant de les juger (d'un côté je fais la même chose, mais moi j'ai forcément raison). Et bien évidemment, j'étais trop fière pour me remettre en cause une seule seconde, j'étais intelligente, plus que la moyenne des élèves de Poudlard, point barre. Au moins, la Serpentard n'avait plus l'intention de m'adresser la parole d'après ce qu'elle disait…mais j'étais pas convaincue. Et de toute façon c'était trop tard. D'autant plus que le professeur Binns avait finit par se lasser et s'était barré par un tableau pour aller s'occuper de ses petites affaires personnelles. Eloïse et moi étions si occupées à nous disputer que ce n'est que maintenant que je m'aperçois qu'il n'est plus là. Tandis qu'il me reste un peu moins de la moitié des papiers à trier, j'ai du mal à me retenir. Grognant un peu, je me retourne et attrape la Serpentard par le bras pour la forcer à me regarder en face, et là je lui décoche une grosse baffe sur sa joue droite, et bien comme il faut, puis je la pousse en arrière. Je sens des rougeurs me monter aux joues tellement cette fille a réussi à m'exaspérer. C'est bien fait pour elle…

    "T'as compris maintenant à quel point tu me fais ch*er !! T'as plus intérêt à m'adresser la parole, comme tu dis, si tu veux pas t'en reprendre une !"

    Ouhla malheur j'étais vraiment énervée. A tel point que j'avais même envie de lui déranger tout son tas de papiers à trier pour qu'elle ait tout à recommencer ! Mais bon, j'ai pas vraiment envie d'aller chercher encore plus la petite bête pour avoir d'autres ennuis. J'espérais bien que cette saleté de retenue ennuyeuse serait bien la dernière d'ici à mon diplôme ! Bon allez Evelia on tente de retrouver son calme…pour terminer le reste de ce classement débile avant d'enfin pouvoir être libre. D'ailleurs, vu que Binns n'était plus là, je ne voyais pas trop ce qui m'empêchait de vite en finir et de me barrer. Qu'est-ce qu'il me prend de vouloir si aveuglément désobéir aux ordres…oh et puis après tout, je le fais assez souvent sans me faire prendre, donc je vois pas pourquoi je fais exception à la règle…

    "Et comme d'habitude tu vas pas encore la fermer et continuer à blablater encore pour ne rien dire et ça va encore plus m'énerver ! J'en ai marre !"

    Je sais pas ce qu'il me prend, je crois que je pète un peu les plombs ! 'Faut dire qu'entre cette garce et la raison de ma retenue, surtout à cause d'une sale Gryffondor, je suis sur les nerfs ! Alors je prends ma baguette, et lance une incantation pour que mes papiers finissent de se trier tous seuls. Et voilà je suis débarrassée ! Sur ce, je soupire pour essayer de me calmer et commence à rassembler mes affaires pour m'en aller.

    "Voilà j'ai terminé ! J'me casse !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
Date d'inscription : 22/11/2009
Messages : 294
Points de Maison : 288
Age : 25
Liens : Eloïse Links
Profession/Année : 5ème année

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Mer 27 Avr - 20:52

    Eloïse éclata d’un rire sans joie. C’était trop drôle, mais en même temps tellement pathétique. Comment cette conne de Poufsouffle avait-elle osé la souffleter ? Elle le paierait cher, bien plus qu’elle ne le pensait, et ça lui ferait bien plus mal qu’une simple petite baffe à la moldue. Déjà, s’abaisser à se battre à la façon des moldus discréditait totalement cette fille qui semblait se prendre pour bien mieux qu’elle ne l’était, et voulait se faire passer pour une personne fière et distinguée. Ce genre de personnes était, en tout cas aux yeux d’Eloïse, bien trop classes pour giffler quelqu’un.

    - Une giffle ? Callahan, tu te rabaisses à un niveau encore plus bas que celui auquel je te pensais. Et ce n’est pas peu dire. Je me fiche que tu me frappes, mais rien que pour le geste, je me vengerai. Compte sur moi pour ça.

    Les vengeances d’Eloïse étaient bien connues – et craintes – dans le château. Tout le monde savait que lorsqu’elle avait quelque chose de concret à reprocher à une personne, elle s’avérait être une véritable garce capable des pires coups bas, mais qu’elle s’arrangeait toujours pour que les choses les moins ragoutantes soient teintées de classe, et qu’aucun professeur ne puisse matériellement prouver qu’elle était à la source de tout ça.

    La jeune fille continuait de s’énerver, menaçant la Serpentard de lui coller une autre giffle, et lui demandant si elle comprenait à présent à quelle point quelque chose, certainement une expression de moldus que la verte et argent ne comprenait pas.

    - Chérie, je ne comprends pas un traitre mot de ce que tu me racontes, et pour tout te dire, cela me passe par dessus la tête. Essaie de me refrapper, pour voir, si ça te démange autant. Et si tu étais assez vive d’esprit, tu aurais compris que je ne comptais plus t’adresser la parole, mais bon, tu as l’air d’avoir envie de faire la conversation…

    Elle était toujours énervée, et semblait même perdre un peu le fil de la situation, parlant toute seule et se plaignant du fait qu’Eloïse continuerait encore à parler, quoi qu’elle dise, ce qui faisait plutôt rire cette dernière qui voyait la situation, de toute évidence, avec beaucoup plus de recul que sa camarade de retenue. Bien que toujours choquée du fait que la jaune l’aie gifflée, elle s’amusait du fait qu’elle ait réussit à la mettre à bout sans même vraiment essayer. Après tout, chaque remarque qu’Eloïse lui avait faite, c’était parce-qu’Evelia avait tendu une perche plus que tentante.

    Elle sembla se rendre compte que plus rien ne la retenait dans la salle, et jeta donc un sort à ses papiers pour qu’ils se classent tout seuls, avant d’annoncer qu’elle « se cassait ». Comme si la verte et argent en avait quelque chose à faire. Oh, mais, attendez…en fait, voilà une occasion de plus d’énerver la Callahan.

    - Oh, non, tu ne te casses pas. Si tu le fais, j’appelle Binns, et je pense que tu ne feras plus très long feu en tant que préfète. Que serais-tu sans cet insigne sur ta poitrine ? Plus rien, petite Poufsouffle insignifiante…

    C’était assez dégueulasse, surtout le coup de la balance – habituellement, Eloïse ne racuspotait pas, mais sur le coup, la menace de tout raconter était trop tentante. Et elle le ferait, si effectivement Evelia partait, oh oui, maintenant qu’elle avait osé lever la main sur elle, la jeune fille ne raterait pas une seule occasion pour s’en prendre à miss parfaite qui ne l’était vraiment pas autant qu’elle le laissait croire.

    D’un coup de baguette, Eloïse termina elle aussi de trier ses papiers. Ensuite, elle regarda l’heure – il restait exactement 42 minutes.

    - Encore un peu moins de trois quarts d’heure à passer ensemble. Surtout, n’hésite pas à exprimer ce que tu ressens à ce sujet, te voir énervée est d’une grande distraction.

    En se balançant nonchalamant sur sa chaise, Eloïse sortit son Parchemess et jeta un œil aux personnes connectées. Pas grand monde d’intéressant, et Magpies n’était même pas là pour qu’elle lui raconte cette heure de retenue. Elle ne savait pas qui il était, et lui ignorait également sa véritable identité. C’était une sorte de jeu entre eux, et leur anonymat rendait leurs conversations d’autant plus amusantes.


_________________________________________________
You want to touch me woah
You want to love me woah
You'll never leave me woah
Don't trust me !


Does she feel like a little princess ? Yeah, I think so.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Mer 4 Mai - 12:09

    Au moment où j'allais franchir la porte, j'optai finalement pour rester encore dans la salle un moment, attendant qu'Eloïse finisse son petit discours…d'ailleurs, je me demandais bien comment je faisait pour l'écouter encore après tout ce temps où elle avait fait monter en moi un mécontentement qui avait finit sur la joue de la Serpentard. Qu'elle n'avait visiblement pas apprécié d'ailleurs. Forcément, pour une petite pimbêche au sang-pur comme elle, être frappée d'une façon si moldue que la mienne avait dû la choquer. Mais je m'en foutais…j'assumais parfaitement mes racines ! Et puis de toute façon les conséquences auraient été encore bien pires si je lui avais jeté un sort. D'une part parce qu'elle aurait sûrement répliqué et nous aurions réduit la salle en charpie. Et d'autre part parce qu'il était bien entendu interdit d'utiliser la magie contre un autre élève, et surtout en retenue.
    Je me sentais juste un peu bête sur le coup d'avoir réagit comme ça. Ce n'est pas dans mes habitudes d'être aussi impulsive ! Décidément en ce moment j'ai bien l'impression d'être une autre fille, ça me fait un peu peur. Entre ça et les hormones qui me travaillent..enfin bref ! C'est bizarre. Je me demande bien quel est le problème. Enfin, ce n'était pas vraiment le moment pour y réfléchir. Je serais beaucoup mieux au calme après cette maudite retenue. Vouloir partir est stupide et ça ne ferait qu'aggraver mon cas si jamais Binns revenait jeter un coup d'oeil sur nous….je jetai alors sur la Serpentard un regard hautain.

    "Et toi si tu te prétends plus intelligente que moi, tu aurais vite compris que depuis le début je ne comptais pas du tout t'adresser la parole. Tu m'as cherchée, c'est tout."

    Et ce n'était que la stricte vérité. Si Eloïse s'était tenue tranquille et ne m'aurait pas dérangée pendant la retenue, ni même parlé tout court, on en serait pas là. On aurait même sans doute réussi à terminer la punition plus rapidement et sans encombres fâcheux. Le contraire m'aurait bien étonnée, mais la petite Serpillère voulait aller me dénoncer à Binns si je sortais. Tout à fait typique des verts, quelle bande de lâches. Remarque…si c'était elle qui était partie, je ne lui aurais même pas adressé la parole pour la retenir, l'aurait laissée filer et l'aurait dénoncée aussitôt qu'elle aurait franchit le pas de la porte. C'est pour cette raison que je ne m'avais même pas vexée pour ça.

    "Tss…de toute façon j'aurais fait la même chose si c'était toi qui étais partie. Donc tes menaces, ne m'impressionnent guère."

    Je jette un rapide coup d'oeil à l'horloge au-dessus du bureau de Binns pour vérifier l'heure qu'il était. Bon, de toute façon la retenue était sensée se terminer dans moins de trois quarts d'heure, donc effectivement ça ne valait pas la peine de risquer de se faire punir encore plus pour trois quarts d'heure. Mais je ne comptais pas retourner à côté d'Eloïse et préférai m'asseoir à une table derrière. Là, je sortis un devoir que j'avais à terminer, au moins ça m'occuperait pendant le reste de la retenue. Je n'avais pas pu m'empêcher, voyant la Serpentard sur sa chaise, de donner un petit coup de baguette sur la chaise pour la faire basculer complètement en arrière, et la verte avec ! J'esquisse alors un petit sourire et jette un Accio pour faire léviter son parchemess vers moi.

    "Voilà c'qui arrive quand on se balance…en plus c'est mauvais pour le dos. Et, l'utilisation du parchemess est interdite pendant une retenue. Je te le confisque !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
« Les malins qui parviennent toujours à leurs fins. »
Date d'inscription : 22/11/2009
Messages : 294
Points de Maison : 288
Age : 25
Liens : Eloïse Links
Profession/Année : 5ème année

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Sam 14 Mai - 20:25

    Une ombre de confusion passa sur le visage d'Evelia. Elle semblait se demander ce qui l'avait poussée à réagir ainsi - il est vrai que les giffles et l'impulsivité n'étaient pas dans ses habitudes - mais elle reprit rapidement ses esprits, accusant Eloïse de l'avoir cherchée. C'était plutôt évident, que ce qu'elle disait n'était que la stricte vérité, et pour la verte et argent, il était plutôt drôle de voir Callahan brandir cet argument comme une arme de guerre. Elle rit à gorge déployée, le son cristallin résonnant comme un étranger dans la pièce poussiéreuse .

    - Bien évidemment que je l'ai compris ! Cependant, j'adore t'énerver, et puis, je me serais ennuyée sinon durant ces deux heures, bien trop mornes à mon gout. Il fallait bien que je trouve de quoi m'occuper, et donc, une fois n'est pas coutume j'ai décidé que tu pourrais bien te rendre utile.

    A ses menaces, la jeune fille répondit qu'elles n'étaient pas impressionnantes, prétextant qu'elle en aurait fait de même.

    - Je n'en doute pas une seule seconde, étant donné que tu es une fayotte.

    Ses paroles furent confirmées par le fait que la jaune et noire sortit un devoir sur lequel elle se mit à plancher. Cependant, elle ne s'attendait pas au fait qu'elle tente de la faire tomber de sa chaise, et qu'elle en profite pour lancer un accio à son parchemess. Cependant, la verte et argent était agile et rapide, elle se retint donc au banc à la dernière seconde, et effaça le contenu du parchemess d'un coup de baguette magique.

    - Et après, on vient dire que ce sont les Serpentards qui sont des lâches ? Ne viens-tu donc pas de m'attaquer par derrière ? Tu es pathétique, Callahan, et tu n'as aucune dignité.

    Elle profita de l'effet de ses premières paroles pour, d'un coup de baguette magique, récupérer son parchemin

    - Et maintenant, rend moi ça.

    Elle lança un dernier regard mauvais à Evelia, avant de lancer un aguamenti sur son devoir casi terminé afin de le ruiner. Jusque là, ses vannes étaient bon enfant, et ne servaient que de distraction durant les heures de retenue. Mais Evelia en avait décidé autrement : la giffle, et maintenant ça. A cet instant, il ne s'agissait même plus d'une simple vengeance. Elle voulait la guerre ? Très bien ! Elle allait l'avoir. Et tout le monde sait, à Poudlard, ce que ça signifie...

    - Tiens, comme ça, tu auras de quoi t'occuper durant la demi-heure qui reste. Et ne t'avise pas de lacher un seul mot, tu ne mérites même pas assez de respect pour que je t'écoute.

_________________________________________________
You want to touch me woah
You want to love me woah
You'll never leave me woah
Don't trust me !


Does she feel like a little princess ? Yeah, I think so.


Dernière édition par Eloïse Anna Carmichael le Jeu 30 Juin - 15:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
« Les justes et loyaux à la patience proverbiale. »
Date d'inscription : 31/03/2011
Messages : 113
Points de Maison : 84
Age : 26
Liens : Ma Fiche
Profession/Année : 7ème

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   Jeu 25 Aoû - 23:46

    Cette fille ne se tait donc jamais, c'est dingue. Je ne pris même pas la peine de répondre à sa remarque, comme quoi elle avait fait exprès de m'énerver pour ne pas s'ennuyer. Je trouvais ça tellement stupide et blasant…cette petite écervelée ne comprendra sûrement jamais que le but d'une retenue n'est pas de s'amuser. Enfin…je ne pouvais pas lui en vouloir, ce n'était qu'une petite gamine immature après tout. Je ne lui en avais jamais voulu depuis le début pour quoiqu'elle avait fait, je la trouvais stupide tout simplement. Eloïse…et puis si je l'avais giflée c'est qu'elle le méritait. Elle aurait pu prendre ce geste comme une petite considération que j'avais pour sa petite personne qui n'avait aucun intérêt pour moi. J'avais espéré que cela la calmerait et la dissuaderait de me manquer de respect, mais il semblerait qu'elle soit décidée à me pourrir la retenue jusqu'au bout. Qu'à cela ne tienne, je n'allais donc plus m'énerver pour ses bêtises. Car après tout, je suis sûre que ça l'amuse plus que tout de me faire perdre mes moyens. Je me sens d'un coup un peu honteuse d'avoir succombé aux âneries de cette Serpentard superficielle et piailleuse. Elle pouvait me traiter de tout ce qu'elle voudra, ce n'est certainement pas de me faire traiter de fayotte qui allait m'énerver. Au contraire même, je trouvais ça plutôt amusant. Car j'assumais pleinement. J'estime que certaines personnes méritent d'être dénoncées d'une manière ou d'une autre, si ils pouvaient nuire à la réputation de l'école. Et c'est exactement ce que faisait Eloïse en agissant de la sorte. Utiliser un parchemess pendant les cours ou en retenue était strictement interdit par le règlement, cette petite poule avait quand même eu le réflexe de le récupérer aussi vite que je lui avais pris. Certes je n'avais aucune preuve à donner sur son utilisation au professeur Binns. Cependant, sa remarque me fit sourire…

    "Ce n'était pas une attaque voyons, je ne m'abaisserais pas à ce genre de chose avec une fille comme toi, tu n'en vaudrais pas la peine étant donné que ma magie est bien supérieure à la tienne. Je voulais simplement te faire comprendre qu'en te balançant sur une chaise tu pouvais te faire mal."

    Elle est d'un pathétisme cette fille, c'est affligeant. Et elle n'avait pas l'air de vouloir rattraper ça. La malheureuse venait de fiche en l'air mon devoir que j'avais bientôt terminé. Fichtre. Avec un sort minable en plus. Je recule alors la tête de mon devoir, dont je vois l'encre se brouiller rapidement à cause de l'humidité. Quelle idiote. Sauf que cette fois je ne comptais pas m'énerver. Au contraire même, je n'allais même pas essayé de rattraper le devoir. Je me recule contre ma chaise et me cale bien au fond, croisant les jambes. Ne prenant même pas la peine de la regarder et esquissant un petit sourire pour moi.

    "Ah oui, pas mal. Je suppose que tu te penses particulièrement maligne. M'enfin, tu viens simplement de me prouver une fois de plus que tu es une idiote. Je n'aurais qu'à montrer ce devoir fichu au professeur, et ainsi enchaîner sur ton utilisation illégale du parchemess. Il va me croire forcément, je suis trop bonne élève pour foutre délibérément en l'air un devoir. Et je ne mens jamais aux professeurs."

    Et oui je suis une fayotte et j'assume. Je souriais, amusée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La vie est injuste {Elo'}   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie est injuste {Elo'}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WW 1942 :: HOGWARTS :: Quatrième étage :: Salle de Retenue-