Partagez | 
 

 Les gens sont des imbéciles notoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Les gens sont des imbéciles notoires   Mer 27 Avr - 19:33

Le professeur Slughorn aimait bien donner des devoirs qui nécessitaient un peu de recherches. Ce qui était une chose plutôt stupide de sa part. Cela ne faisait que ramener des fauteurs de trouble dans la bibliothèque. Il était clair que ce trio de Gryffondor ou ces trois glousseuses de Poufsouffle n'avaient strictement rien à faire dans ce haut lieu de connaissances. Tout comme ces stupides Serpentard qui feuilletaient des livres de potion dans l'espoir de trouver la recette du veritaserum.

Ce qui était navrant. Croyaient-ils vraiment réussir une telle potion ? Un potage de grand-mère, ce serait tout ce que leurs petits doigts potelés de sorciers de grandes familles pourraient donner.

Sylvia leva légèrement le menton d'une façon qui se voulait très digne - mais qui devait sans doute être quelque peu ridicule de l'extérieur - en passant à proximité de tous ces intrus de la bibliothèque. Ici, elle était chez elle. Elle connaissait par coeur les moindres rayons de cette pièce. Elle scrutait les arrivées de nouveaux ouvrages et se délectait de replonger dans ceux qu'elle connaissait déjà sur le bout des doigts. L'encre avec laquelle ils avaient été frappés, le papier qui était leur support jusqu'à l'odeur qui s'en dégageait en les feuilletant : tout était harmonieusement en place dans ce havre de savoir.

Tout. Sauf la vieille chouette de bibliothécaire qui bloquait toujours le nombre d'emprunt à douze livres par jour - même pour elle, Sylvia Stender! - et les Q.I d’huîtres momentanément venus arpenter les rayons.

Sylvia se déplaçait avec une aisance spectaculaire parmi les rangées de livres. Elle attrapa quatre livres épais comme sa tête et alla trouver la seule table libre qu'il restait, sur laquelle elle s'étala largement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Les courageux, les plus hardis et les plus forts. »
« Les courageux, les plus hardis et les plus forts. »
Rang : .The Mysterious Black-haired.
Date d'inscription : 23/02/2011
Messages : 313
Points de Maison : 292
Age : 26
Liens : Lia's Links, RPs, Diary & Prez.
Profession/Année : 7eme

MessageSujet: Re: Les gens sont des imbéciles notoires   Dim 1 Mai - 19:05

[J'm'incruste]

Je rajustai la chemise de mon uniforme. Pour une fois que je le portait... Malgré la fraîcheur du temps, je n'avais quand même que ma chemise blanche et ma cape par dessus, pas fermée... Et bien sur cette jupe atroce. Enfin, ce n'était pas très important, il faisait encore jour. Je pourrais bien supporter l'uniforme pour un moment encore. Je devais me rendre à la bibliothèque pour finir mes recherches. C'était une activité assez saine. Il n'y avait jamais grand monde. C'était une pièce poussiéreuse qui sentait le renfermé avec une bibliothécaire grincheuse. Ça n'attirait pas vraiment les foules. Par pure provocation, je déboutonnait un bouton de ma chemise avant de rentrer, mon sac à bandoulière sur l'épaule. C'était encore loin d'être indécent mais n'importe quoi pouvait provoque cette femme. Et mon air négligé aidait. Je passai aussi mes doigts dans mes cheveux de jais pour y mettre un peu plus de bazar. Je jugeai que ça irait puis je rentrai d'un pas assuré dans ce haut lieu de connaissance suprême.. un amas de bouquins humides et juste bons à filer de l'asthme à mon avis...
Je jetai à peine un coup d'œil à ma copine, la probable petite amie du concierge, mais ce fut suffisant pour capter le regard noir qu'elle me lançait. Je lui tournai le dos et me permit un sourire... le sourire eut tôt fait de disparaître quand je constatai que mon haut lieu de tranquillité était... bondé. Je n'allais pas ressortir maintenant, alors tant pis... Je marchais vers le fond des rayons jusqu'à trouver l'énorme bouquin qui m'intéressait. Sauf qu'il n'y avait plus de table libre pour les feuilleter non plus... et je n'avais pas l'intention de l'emprunter. Je ne tenais pas à ce que la bibliothécaire se pose des questions sur ce que je trafiquai. Je m'étais déjà infiltrée dans la réserve et son petit copain présumé avait faillit le choper. Manquerait plus que ces deux là fassent le rapprochement... Enfin surtout elle... parce que ce cher concierge a suffisamment de mal à voir le rapport entre un chêne et un peuplier.
Il restait quelques tables avec des personnes seules... beaucoup près de ma keupine. Pas très étonnant que celles là étaient presque vide. Il y en avait une autre occupée par une blonde plongée dans quatre pavés que je ne connaissais pas. Sa tête me disait vaguement quelque chose mais ça ne me revenait pas... J'avançai vers elle d'un pas décidé et lui dit un truc plus ou moins poli tout en m'essayant.

« Salut, je peux m'assoir ? Merci ! »

Je ne lui avais même pas laissé le temps d'en placer une. Il faudrait pas qu'elle dise non. J'avais une année de plus qu'elle mais ça ne l'aurait probablement pas dérangée pour m'envoyer bouler. Quelque chose dans sa façon d'être me disait ça. Ce que me disait sa façon d'être m'arrangeait un peu aussi en passant. Si elle pouvait avoir juste envie de se plonger dans ses pavés, elle pourrait ne même pas faire attention à moi et à mon énorme 'Historique des architectures sorcières du moyen-âge'. Un blason sur ma cape indiquait que j'étais à Gryffondor que je n'étais pas sensée être passionnée par ce genre de bouquins...

_________________________________________________

The first rain reminds me Of the rising summer dust. The rain doesn't remember the rain of yesteryear. A year is a trained beast with no memories. Soon you will again wear your harnesses, Beautiful and embroidered, to hold Sheer stockings: you Mare and harnesser in one body. The white panic of soft flesh In the panic of a sudden vision Of ancient saints.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://meissa.goodforum.net/

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les gens sont des imbéciles notoires   Mar 3 Mai - 20:36

Sylvia tournait une nouvelle page : décidément, ce cher herbologiste n'avait pas inventé le bézoard. Tout ce qu'il savait faire, manifestement, c'était recopier les manuels scolaires dignes d'un élève de première année. En pire. Même si les livres que Poudlard leur faisait acheter n'avaient rien de syntaxiquement excitant, ce n'était rien en comparaison à celui-là. Difficile de dire pourquoi cette vieille harpie de bibliothécaire avait décidé de le faire rentrer dans les rayons de cette bibliothèque.

Finalement, Sylvia le referma sans ménagement en jetant un oeil méprisant à la couverture. "L'herbologie et ses 1001 mystères". Le titre aurait dû lui mettre la puce à l'oreille. Plus cliché, on aurait eu du mal à trouver. Mais à ce niveau-là, on pouvait remercier l'auteur de n'avoir pas osé un jeu de mot douteux sur les "Herboligistes en herbe".

Attrapant un deuxième livre qu'elle espérait bien meilleur, Sylvia entendit vaguement une voix lui demander si elle pouvait venir respirer le semblant d'air que la blondinette espérait garder pour elle. Une question et une réponse. Au moins, il n'y avait aucune chance que la Serdaigle refuse.

Redressant ses lunettes d'un geste rapide, Sylvia leva la tête de sa table pour dévisager la nouvelle venue. Liadan Senadra, une septième année chez les Gryffondors. Sylvia était plus jeune de deux ans : aucune chance qu'elle ai assisté à sa répartition. Elle s'était contenté d'apprendre sur le tas les noms des élèves plus âgés. Et jusqu'à présent, elle n'avait pas rencontré une seule personne dont elle ne savait pas le nom. Mais elle ne connaissait pas grand chose de Liadan, mis à part ses stupides tentatives de se montrer un peu rebelle, en délaissant son uniforme dès que possible, en déboutonnant légèrement sa chemise ou en oubliant jusqu'à l'existence du mot peigne. Sinon, pourquoi aurait-elle eu cette tignasse revêche ?

Sylvia croisa les bras sur un épais bouquin qu'elle n'avait pas encore eu le temps d'ouvrir. "Théories sur la magie noire" en était le titre. Elle se pencha légèrement vers Liadan, un sourire crispé sur les lèvres.

"Je trouve ça désolant. Si tu veux te faire remarquer, enlève carrément ta chemise la prochaine fois," dit-elle en forçant son sourire, avant de reporter son attention au livre devant elle.

Sylvia se redressa, décroisa ses bras et ouvrit son livre à la première page.

"Au fait, c'était ma place. J'imagine que tu t'en fiches, mais je te demanderais néanmoins de retenir tous les stupides gloussements inhérents à ta nature de Gryffondor," ajouta-t-elle en tournant une seconde page, sans lever le nez de son livre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Les courageux, les plus hardis et les plus forts. »
« Les courageux, les plus hardis et les plus forts. »
Rang : .The Mysterious Black-haired.
Date d'inscription : 23/02/2011
Messages : 313
Points de Maison : 292
Age : 26
Liens : Lia's Links, RPs, Diary & Prez.
Profession/Année : 7eme

MessageSujet: Re: Les gens sont des imbéciles notoires   Jeu 5 Mai - 21:18

Son identité me revint mais un peu trop tard malheureusement. J'avais cette vieille habitude de repérer tout les ans depuis ma première année tous les préfets... Mais elle était nouvelle, cinquième année, Sylvia Stender... la fille qu'il faut craindre. J'aurai du la reconnaître immédiatement. C'était vraiment mais alors vraiment une très mauvaise idée d'être là. C'était quasiment l'incarnation de la personne auprès de qui je ne devais en aucun cas me faire remarquer. Pourtant je gardai un visage impassible même quand elle me fit une remarque puritaine sur ma chemise. Je décidai de ne pas répondre. Mais elle en rajouta une couche. Cette fois ne pas répondre m'aurait trop faite remarquée. On remarque trop les gens sur qui les insultes volent.
Etant trop fière pour lui répondre sans niveau, histoire de me faire passer pour plus débile que j'étais, je ne résistai pas à la provoquer un peu plus. Au point où j'en étais. Et puis avec un peu de chance, elle serait bien plus passionnée par ma chemise que par le titre du bouquin, indice de mes sorties nocturnes parfaitement illégales, raisons pour laquelle je repérais précisément les préfets... avec une efficacité indéniable. Non mais j'allais me pendre...
Je portai ma main au bouton de chemise que j'avais défait exprès et fit mine de me rendre compte qu'il était ouvert. Enfin... c'était pas vraiment crédible... c'était pas le but d'ailleurs. D'une main je le refermai habilement tout en regardant la blonde coincée avec une sourire impudent.

« Pas en public chérie, on verra ça plus tard. »

Je rapprochai mon bouquin et l'ouvrit en le posant bien à plat histoire qu'elle ne puisse plus voir le titre. J'en faisais des tonnes mais c'était fait exprès. Je voulais qu'elle pense que je me contentais de lui servir un numéro pour me moquer d'elle. Je relevai le nez de mon bouquin ouvert avec grand fracas et la fixait à nouveau avec une expression de plénitude genre 'la force est avec toi'.

« Je te jure de prendre grand soin de cette place. Je te la rendrai intacte. Je peux même repeindre la chaise en bleu lavande si tu veux. Ça irait très bien avec tes yeux. »

Yeux qui en réalité étaient difficile à distinguer derrière ces binocles dont le but ultime semblait être de l'enlaidir. J'allais probablement pas passer inaperçue mais au moins j'aurai passé une agréable après-midi. Après la chasse au passage secret, la chasse au préfet était mon second sport favori. (j'avais quand même déjà une Poufsouffle de dernière année à mon tableau de chasse.)
Mes yeux à moi revinrent sur mon bouquin je parcouru le sommaire rapidement mais je me doutais que je ne découvrirai rien là dedans aujourd'hui. Elle n'allait pas m'en laisser le temps. Autant de pas précipiter ma sortie. Je trouvai un chapitre sur Poudlard... parfait... j'hésitais à l'ouvrir... Par prudence (ou paranoïa), je pris finalement la décision de me passionner pour Durmstrang. Ça serait pas forcément super ennuyeux et moins risqué. J'ouvris donc le chapitre en question.

_________________________________________________

The first rain reminds me Of the rising summer dust. The rain doesn't remember the rain of yesteryear. A year is a trained beast with no memories. Soon you will again wear your harnesses, Beautiful and embroidered, to hold Sheer stockings: you Mare and harnesser in one body. The white panic of soft flesh In the panic of a sudden vision Of ancient saints.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://meissa.goodforum.net/

avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les gens sont des imbéciles notoires   Mer 11 Mai - 11:49

Sylvia avait espéré que la discussion s'en arrêterait là. Elle aurait d'ailleurs même rêvée que la Gryffondor se lève vexée, en pinçant le nez d'une façon stupide et totalement risible. Mimique à laquelle Sylvia n'aurait pas prêté attention puisqu'elle aurait été plongée dans son nouveau bouquin.

Mais ça, c'était fonder beaucoup trop d'espoir sur ces demies cervelles de Gryffondor. Sylvia vivait décidément dans un monde bercé d'illusions. Ou pas. L'espoir faisait vivre, et Sylvia avait justement en tête de rester encore un petit moment sur cette Terre.

Le mot "chérie" sorti de la bouche peinte de Liadan la fit tiquer. Sylvia n'aimait pas beaucoup ces petits sobriquets ridicules que l'on donnait à ses relations amoureuses temporaires. Mais elle aimait encore moins lorsque le petit surnom sortait de son contexte habituel et venait appuyer le ton condescendant d'une tierce personne s'adressant à elle.

"Ne te berce pas d'illusions Liadan, entre toi et moi, il y a une belle fosse", dit-elle sans lever la tête, se contentant de lancer un regard malin par-dessus ses lunettes.

Sylvia remarqua d'un oeil le petit manège auquel la Gryffondor se livra. Apparemment, elle ne voulait pas que la Serdaigle fasse attention au titre. Avec un peu moins de zèle, la perspicace préfète n'y aurait sans doute vu que du feu.

"Épargne-moi le bleu lavande et garde-le pour tes soirées pyjamas, veux-tu ?" dit-elle d'un ton doucereux en levant la tête. "Je suis sûre que tes ongles seront aussi ravissant que tes gloussements seront stridents quand tu leur appliqueras cette couleur."

Sylvia lui adressa un sourire faux, ajoutant à la parole un petit haussement de sourcil moqueur. Finalement, cette après-midi à la bibliothèque n'aura pas été une trop mauvaise idée. Certes, c'était un peu de son précieux temps gâché. Elle aurait bien mieux fait de préparer une ou deux dissertations sur des sujets qui pourraient tomber aux BUSES ou s'entraîner à des sortilèges qui pourraient lui être demandés lors de son oral en DCFM. Mais passer un peu de temps dans un endroit que l'on appréciait avec en prime de quoi se divertir, cela n'avait rien de très désagréable.

"Au fait, apprend que le peu est l'ami du bien." ajouta-t-elle avec un grand sérieux, "En faire trop avec ce livre donne à réfléchir sur les raisons de son emprunt. J'avoue qu'une fille comme toi s'intéressant à l'architecture du Moyen-Âge, ça parait déjà étrange. Mais avec ce petit numéro Pinder en plus, c'est d'autant plus... mh, comment dire ?" dit-elle en faisant mine de réfléchir. "louche ?"

Sylvia leva un sourcil droit interrogateur, qu'elle rabaissa avant d'afficher un large sourire satisfait. Oui, il y avait d'autres moyens de divertissement que les livres à la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
« Les courageux, les plus hardis et les plus forts. »
« Les courageux, les plus hardis et les plus forts. »
Rang : .The Mysterious Black-haired.
Date d'inscription : 23/02/2011
Messages : 313
Points de Maison : 292
Age : 26
Liens : Lia's Links, RPs, Diary & Prez.
Profession/Année : 7eme

MessageSujet: Re: Les gens sont des imbéciles notoires   Jeu 12 Mai - 18:28

Que cette chère, chèèère Sylvia me réponde avec un truc vain sur mes illusions ne m'étonna pas le moins du monde. Par contre qu'elle utilise mon prénom au passage manqua de me faire sursauter. Je parvins à ne rien montrer de mon dépit. Génial, et en plus elle m'avait reconnue. S'en suivit toute une série de remarques fastidieuses sur les rires ridicules, les pyjamas ridicules et les ongles ridicules. Et tout aurait été pour le mieux dans le meilleur des mondes si elle n'avait pas trouvé judicieux ensuite de me faire une remarque sur mon manège. Génial, j'étais parfaitement grillée. Bah, tant pis. Au point où j'en étais... Je la fixai avec un air parfaitement sérieux bien que très exagéré.

« Bleu, soirée pyjama ? Mais enfin, on ne porte pas de pyjama pour mes soirées pyjamas... Enfin... tu es trop jeune pour comprendre je suppose. »

Puis je me penchai à nouveau sur mon bouquin, retrouvant le chapitre qui m'intéressait à savoir celui sur Poudlard. Je cherchai pendant une bonne minute un passage intéressant et sans relever les yeux de mon ouvrage, je lançai une autre remarque d'une voix apparemment complètement au bord du gouffre sans que mon attitude ne la rende crédible le moins du monde.

« Oh oui, je suis découverte. Par Merlin tu sais tout, je vais devoir annuler cette fête secrète magistrale que je comptais organiser dans une salle secrète de Poudlard avec la moitié du château. C'est bien dommage, je t'aurai invité sans ça... »

Je relevai les yeux une seconde, soudain réellement sérieuse et j'observais la jeune fille. Elle avait vraiment un joli visage. Il était évident qu'elle s'enlaidissait volontairement. Je poussai un léger soupir navré.

« Ça te ferait probablement du bien... »

Retrouvant mon ironie à la vitesse de l'éclair, je me penchais à nouveau sur le bouquin pour ne découvrir que des choses que je savais déjà. Je jetais à peine un coup d'œil à chaque paragraphe, tournant les pages avec rapidité. Et en plus ce truc allait me servir à rien. Vraiment brillant.

_________________________________________________

The first rain reminds me Of the rising summer dust. The rain doesn't remember the rain of yesteryear. A year is a trained beast with no memories. Soon you will again wear your harnesses, Beautiful and embroidered, to hold Sheer stockings: you Mare and harnesser in one body. The white panic of soft flesh In the panic of a sudden vision Of ancient saints.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://meissa.goodforum.net/


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les gens sont des imbéciles notoires   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les gens sont des imbéciles notoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WW 1942 :: HOGWARTS :: Quatrième étage :: Bibliothèque-